:: InfoLy ::

décembre 21, 2004

pause

Merci à tous, que je n'aurais jamais imaginé aussi nombreux ! ;), de suivre les débuts d'Infoly.
La pratique d'un tel site est complètement nouvelle pour moi qui me suis toujours plus amusé du côté contenant que contenu. La quotidienneté (ou presque) de l'exercice fait presque figure de défi irrationel, de gageure qu'il est plaisant de relever (plus ou moins). Je me rends compte pour l'instant du manque de fonds des billets et il me faudra penser à un jour précis pour faire des notes plus fouillées ou plus personnelles - histoire que vous vous y retrouviez et que moi je me tienne à quelque chose.
On verra ça en 2005 parce que là je me retire quelques temps, en vous souhaitant une nouvelle année libre. retour prévu le mardi 4 (il faut bien ça pour se remettre des fêtes ;) )

décembre 20, 2004

Un DVD d'e-formation à l'IPv6

Un sujet cher à celle qui viendra bientôt m'aider à la rédaction de ce site (si, si ;) ) tombe sur les feux de l'actualité. La formation à distance est un enjeu important des temps à venir, elle vous en parlera mieux que moi.
L'IPv6 - succinctement un nouveau système d'adressage (de 16 octets au lieu de 4) plus rapide, plus riche en nombre et plus sécurisé qui remplacera l'actuel IPv4 - est présenté dans un DVD-Book conçu par l'ISI (Institut supérieur de l'Internet) et le CTN (Centre des Technologies Nouvelles). Il s'agit d'une première mondiale sur ce sujet.
Je recopie la présentation ci-dessous :

Pour qui ?
Pour tous les étudiants, enseignants, cadres, décideurs, DSI, professionnels… intéressés par les développements récents et futurs de l'Internet.
Il ne nécessite pas de connaissances techniques préalables.

Une filière de formation :
Ce module général est le début d'une filière de formation sur IPv6.
Le prochain module, destiné aux DSI et responsables réseaux, sera consacré aux principes techniques d'IPv6 sur : www.ingenium.unicaen.fr

Pour voir la démo d'Ingenium, tapez demoIAE pour E-mail et ingenium00 pour Passe. La plate-forme de formation a l'air très intéressante.

Enfin, autour de l'IPv6, voir aussi la petite page de Comment ça marche, toujours aussi pratique pour aller vite sur un sujet.

décembre 18, 2004

Mozilla communique


Et oui. L'info n'est pas nouvelle, mais Mozilla place son plan com' en double page du New York Times (après l'avoir déjà fait en allemagne il y a deux semaines). Honnêtement je n'arrive pas à me réjouir, même si j'imagine que les parts de marché de mon navigateur vont augmenter. Le site mozilla vend même la pub sur son site ! (6$95)
L'utopie n'est pas de mise, certes, mais les techniques sont elles appropriées ? Sur un plan purement marketing, la niche des utilisateurs firefox me parait plutôt réticente aux médias communicants classiques (la double page c'est quand même exagéré, ça me rappele le verbage hallucinant des labos pharmaceutiques qui trustent tous les feuillets com' des revues qui tombent quotidiennement sur mon bureau).
Les habitués des blogs me paraissent plutôt pro-firefox : si l'actuel firefox represente, pour Onestat.com, 7.4% des navigateurs utilisés, ce n'est pas moins de 60% des visiteurs de ces modestes pages qui utilisent le panda (44% pour IE, 6 pour safari) !
Bon c'est pas tout, le dernier numéro de l'année de BiblioAcid vient de sortir! Allons-y...

décembre 17, 2004

Archives numériques

Le n°103 de Culture et Recherche, revue de la mission recherche et technologie du ministère de la culture et de la commuication vient d'être annoncé sur la liste ADBS par Jean Grisel. Au menu, entre autres :

  • Etat des lieux
  • Les archives sur Internet : nouveaux usages...
  • Le nouveau contexte de l'e-administration
  • Journées européennes sur les DTD EAD et EAC (vous ne savez pas ce que c'est ? En ce moment Blogokat en parle : intro et EAD)
  • Vers des portails collaboratifs

décembre 16, 2004

Petite revue de presse…

…après les réquisitions contre l’enseignant et ses téléchargements. Rappel des peines requises par le procureur : 1500 € (et confiscation du matériel informatique !). A ajouter aux 28.366 € au titre des ayants droit. Et la publication du jugement dans deux titres de presse.

Pour Libé les réquisitions sont sages. Le journal rappelle que la SCPP (Société civile des producteurs phonographiques) et le Syndicat national de l'édition phonographique (Snep) attendent encore cinquante procès de ce type. Pas d’état d’âme de ce côté ci de la barrière.

Le Monde détaille plus le procès et garde un ton neutre (effet Courtois vs Plenel ? ;) ). L’article finit avec le même sondage que son prédécesseur : l’Opinion, avec un grand O, seraient à 55% d’elle-même hostile aux sanctions. 78 % chez les 18-24 ;)

Le Nouvel Obs (.com) rappelle que la loi permet une peine de 3 ans et 300 000 € d’amendes pour contrefaçons. Ça fait froid dans le dos. On y trouve aussi un petit mot sur la nouvelle loi et son corollaire : les coupures d’abonnement. Notre IP donné sur demande. Re-froid dans le dos. Le figaro n’a pas encore, au moment où je tapote sur mon clavier, joué sa partition.

Pendant ce temps on apprend sur vnu que l’industrie du cinéma s’attaque à BitTorent...

La ligue Odebi mobilise ses adhérents et sympathisants pour « contrer » la charge de l’industrie du disque.

décembre 14, 2004

Recherche fichiers desesperement

Après Google Desktop Search, et en attendant Yahoo Desktop search, voilà Msn Desktop Search (intégré dans la toolbar). Evidemment le tout en est en version Beta, très tendance cet hiver ;)
Si avec ça on ne retrouve plus ses fichiers, même celui avec le mauvais titre dans la mauvaise partition, alors c’est à nous faire douter des capacités de Saint Indexus.
Pas bégueule pour un sou, j’installe de ce pas les deux outils disponibles pour l’instant.

Au niveau du téléchargement (en 512) les deux sont très courts, petit avantage à Google cependant qui ne pratique pas de discrimination (IE est nécéssaire pour MSN search). MSNsearch se loge aussi dans l’explorateur.

Les interfaces sont sobres des deux côtés et fidèles à leurs couleurs… Pas d’arc-en-ciel, pas de dentelles, du fonctionnel.




Les recherches.

Laissez mijoter les deux logiciels le temps de la construction de l’index – c’est un peu long (l’ordi doit tourner sans autres activités pendant une petite heure) et là encore Google est un plus rapide. Pour une requête sur vos mails, ouvrez votre messagerie.

Une recherche sur le mot « santé » dans mon bureau donne
Google search. : All - 464 emails - 159 files - 0 chats - 105 web history – soit 728 documents
MSN Search ne fait pas de résumé si précis mais propose 820 références (dont 296 fichiers et 506 mails après avoir cliqué sur chaque type de document).

Pour « documentation » :
Google search. : All - 408 emails - 120 files - 0 chats - 96 web history - soit 624 documents (0,28s)
MSN Search : 610 résultats tout aussi rapidement (dont 174 fichiers et 428 mails)

Si je croise les deux termes j’obtiens 98 documents pour google search mais 498 pour MSN. Google se sert de la proximité des deux termes pour jauger la pertinence.

MSN Search indexe un peu plus de documents et est tout aussi rapide mais aussi beaucoup plus bruyant. Un double clic pour msn ou un lien hypertexte pour google ouvre le document cherché.
Google permet de régler les préférences.
En bref, msn search disparaît de ma machine, on est jamais assez prudent avec les produits microsoft et le bruit généré par ce soft ne me sera pas d’une grande utilité (d'autant que me forcer à utiliser IE m'horripile). Google search s’installe en attendant yahoo search ! Notons également le petit add-on bien utile fourni par Trivex qui permet de trier les types de doc en amont...

décembre 13, 2004

Brevets logiciels : on souffle

Le forum de NoSoftwarePatents (Non aux brevets logiciels) l’a annoncé jeudi, le conseil de l’Europe se refuse à prendre une décision en cette fin d’année 2004. Ceci est une victoire pour les opposants au texte (voir les tribunes libres de Framasoft sur ces questions) en attendant la fin du dossier sous la présidence luxemburgeoise. Si la France – qui ne souhaite pas revenir sur ses propos de mai 2004 dans zdnet – soutient toujours cette mesure, la Pologne et la Belgique ont rejoint les opposants.

Relayons donc ici l’appel de Linus Torvalds, Michael Widenius et Rasmus Lerdorf, têtes pensantes de Linux, MySQL et PHP et publié sur Framasoft :

Nous exhortons les gouvernements des États membres de l’UE, qui sont représentés au Conseil de l’UE, à s’opposer à la ratification sans débat de ladite directive en « point A », selon la terminologie des procédures législatives de l’UE. Dans l’intérêt de l’Europe, une telle proposition trompeuse, dangereuse et démocratiquement illégitime ne doit pas devenir la position commune des États membres.

Nous demandons à tous les webmestres d’aider à empêcher la légalisation des brevets logiciels en plaçant un lien vers le site web de la campagne www.NoSoftwarePatents.com.

Tour du monde

Surprenant. Le week-end n’a pas désencombré mon bureau des divers reliefs qui lui donnent ce charme propre aux constructions défiant la gravité. Quant aux blogs, après s’être affiché en une de la presse nationale, ils retournent dans mon aggrégateur. C'est reparti.

Sur Biblio-Fr (titre : bibliothèque autour du monde) Sylvie Terrier-Wunck poursuit son parcours des bibliothèques du monde et s’arrête à Singapour - après la Turquie et avant l’Inde du Sud. Inscrites dans la cité, au cœur d’une population participant à son développement, les bibliothèques de Singapour surprennent par leur dynamisme.

On a les voyages qu’on peut en début de semaine alors je me décide à me balader sur le globe à mon tour. Pourquoi pas ? Allons voir la Librairie du congrès – qui l’annonce sans embages est plus qu’une bibliothèque. C’est sûrement vrai on y trouve des jeux et des magasins ;)

Avec près de 25 millions de volumes, la Bibliothèque nationale de Chine –en anglais ou en VO - est la plus grande de l'Asie et la plus grande du monde par son nombre de livres en chinois. Cette bibliothèque conserve 3 500 plaquettes de jiaguwen (caractères hiéroglyphiques gravés sur carapaces de tortue et os d'animaux) et un millier de livres qui ont été découverts dans les grottes de Dunhuang (une base de données leur est consacrés). Malheureusement le site ne brille pas par son hospitalité et les véritables ressources manquent à l’appel. Du coup je me décide à visiter la bibliothèque de Cuba.

La Bibliothèque nationale de la diète – anglais ou VO - est la plus grande bibliothèque de Tokyo. Elle a mis en place le projet WARP (web archiving project) qui ambitionne de surveiller et archiver la toile (un survol de l’opération est téléchargeable). Mais il est aussi de bon ton de se perdre dans ses collections numérisées...

Pour continuer à voyager empruntez les routes balisées par l’université de Jussieu le long des bibliothèques nationales

décembre 10, 2004

une FIAT pas assez puissante

La Fédération internationale des archives de télévision (FIAT) peine à convaincre les Etats-Unis de numériser son fonds audiovisuel analogique en vue de conserver cet immense patrimoine. D'un autre côté les pays du sud sont confrontées à d'autres difficultés, pas assez de moyens d'une part et problème de qualification d'une autre (l'Afghanistan, par exemple, a bien commencé une conservation de ses archives mais sur des cassettes 2 pouces.) (source Monde Diplomatique)
Pour les Etats-Unis, on serait tenté de dire évidemment, c'est un problème de rentabilité des archives qui retient les autorités de prendre les mesures qui s'imposent. Emmanuel Hoog, président de la FIAT et président directeur de l'INA, plaide pour un dépot légal audiovisuel dans tous les pays en vue de partager et organiser un accès au patrimoine.
La technologie, le financement, les questions de droit (Si nul ne libère ces droits, ils sont inexploitables. La législation précise souvent les conditions d’accès. Elle limite, par exemple, l’accès aux chercheurs. Ce modèle est antidémocratique et techniquement obsolète. Une directive européenne pourrait avoir un effet majeur auprès de tous les Etats membres. La restriction pourrait être déclarée illégale) sont les trois questions essentielles pour la préservation de ces matériels, d'après Richard D Wright de la BBC et son article Les dilemnes des archives.

décembre 09, 2004

Les temps du document

Le site Archives SIC (Archive Ouverte en Sciences de l'Information et de la Communication), entretenu par le CNRS, a récemment mis en exergue le travail du groupe Fant-AS-STIC autour des « Temps du document numérique ». Séduit par la phraséologie scientifique qui m’a rappelé mes années Maths je me suis penché sur le document ; je vais tenter ici de vous retranscrire ce que j’en ai retenu. Le document plein texte est disponible ici.

En premier lieu, qu’est-ce qu’un document ? Le groupe le définit ainsi : Document=R(L,A,D,S). En mode texte cela signifie que « Un document est une relation quaternaire asynchrone entre un auteur, un discours, un support et un lecteur » ou encore que s’il faut un auteur porteur d’un discours inscrit matériellement pour parler d’un document ce n’est pas suffisant : il existe une seconde face, celle du lecteur, du receveur du message. L’exemple retenu est celui des peintures rupestres qui ne deviennent documents qu’au moment de leur découverte. Personnellement j’aime bien cette idée même si elle réduit mes tentatives passées d’écriture à tout sauf à un document :D


L’espace documentaire
est lui perçu comme un pont entre le lecteur et l’auteur, et fait de mémoire, de structuration, de mise en relation de documents. Il apparaît donc bien ici comme un média traversant le temps. Le temps documentaire est constitué de l’apparition de nouveaux documents, de leur disparition ou modifications mais aussi de la succession de chapitres et est lié à l’espace documentaire (l’inscription d’un discours l’affranchit du temps social, celui que nous partageons, et demande au lecteur un effort de reconstruction temporelle).

Au niveau de l’indexation, le document a plusieurs rapport au temps (date de publication pour un bouquin, entre autres, mais aussi durée pour un film ou un disque, dates inscrites dans le document…) et nombre de SGBD et de thésaurus marque ce rapport au temps (RAMEAU, FRANTIQ…). Pour l’aspect recherche j’ai découvert le langage TDRL (explicité page 18-19 du document) et l’outil de configuration CVS qui permet, à partir d’un document de retrouver les versions précédentes et les changements entre versions.
Je vous passe les recherches dans le document audiovisuel (de bon cœur ;)

Avec les documents numériques apparaît une volatilité du contenu des documents jusqu’alors inconnue. Les moteurs de recherche sur le Web résolvent ce souci en vérifiant régulièrement les URL mais le problème devient alors : comment conserver une image d’un document à un temps T s’il est différent à T plus quelque chose ?

Vient ensuite une réflexion sur le temps dans les documents XML qui montre les limites des trois langages de manipulations principaux (XPath, XQuery et XSLT) dès lors qu’on souhaite travailler avec des données temporelles.

Le temps dans la restitution de documents (pratiquement : je demande un doc quand l’aurais-je ?), et la pertinence de celle-ci (qui dépend du profil du demandeur) est un autre temps important - et porteur aujourd’hui de nombreuses contraintes économiques (le cas de la télé assistance est le plus parlant des exemples cités)

Je vous fais grâce des questions logiques de représentation qui, si elles ne manquent pas d’intérêt, poseraient trop de difficultés à résumer, d’autant plus que je n’ai pas tout compris. Bon d’accord, surtout parce que je n’ai pas tout compris ;)

Enfin les documents multimédias posent diverses questions temporelles spécifiques, tant au niveau de la lecture qu’au niveau de la production même du document mais je me demande bien si je fatigue ou si le document se complique, toujours est il qu’il vous faudra i) attendre que je comprenne (option à oublier) ii)vous pencher dessus (bon courage) iii) vous dire que de toutes façons vous bossez pas au CNRS et que votre Cédérom fonctionne à merveille pour l’instant, et à n’importe quelle heure :D

Plus simple est la fin de chapitre sur le multimédia qui distingue le temps de l’interface (ou temps de la machine, c'est-à-dire le temps de chargement – le plus court sera le mieux merci – le temps de lecture et le temps d’interaction) du temps cognitif (temps réel, temps narratif et temps mythique – contextuel serait plus parlant) dans la version Luesebrink.

décembre 08, 2004

Lancement de Thunderbird 1.0

Après le succès de Firefox 1.0 (9 millions de téléchargement en 1 mois pour un objectif annoncé le jour du lancement de 10 millions en 100 jours !), Mozilla lance son soft libre de messagerie : Thunderbird 1.0. Au rang des nouveautés :

  • Filtre Anti-Spam à la mode yahoo, c'est à dire avec un dossier spam - mais la possibilté d'écraser automatiquement les pourriels existe ;
  • Amélioration de la sécurité : en vrac la signature électronique, le chiffrement des messages, le support des certificats et des systèmes de sécurité et S/MIME ;
  • Un moteur de recherche amélioré depuis la 0.9 ;
  • Un lecteur de flux RSS (on en trouve partout de nos jours ;) )
  • Interface à trois colonnes et possibilité d'utiliser des skins ;
  • Toujours les moyens de grouper les mails selon vos critères ;
  • Et déjà une vingtaine d'extensions ! (mode off-line, outils notes...)
Télécharger Thunderbird (en)

Sur ce site très sérieux (attention 2nd degré) vous trouverez 2 images d'un oiseau de feu à l'origine d'une légende amusante. Sinon Thunderbird était un Manitou puissant qui aidait les personnes à chasser les mauvais Manitous de la terre et des eaux, on en retrouve des peintures rupestres sur le Rocher de l'Oiseau, dans la province de Québec. Donc pas la peine de me parler de panda cette fois, ça ne prendra pas ! :D

décembre 06, 2004

Lycos stoppe son anti spam

L'opération Diffusez l'amour, arrêtez le spam menée par Lycos semble avoir pris fin. Lycos ne dit mot sur les raisons de l'arrêt du téléchargement de l'économiseur d'écran. Il y avait, il faut l'avouer, un certain plaisir à regarder les stats des serveurs pollueurs après le lancement de la campagne (par ici pour mieux comprendre ce qu'est une attaque DDoS) cependant il semble qu'une telle politique ait ses limites - en plus de celles posées par la loi - : Bruno Rasle, consultant antispam de l'organisation Halte au Spam, explique que "Lycos a joué les pousse au crime tout en s'exposant à des problèmes juridiques" sur le site 01net. Evidemment, le principal gagnant du jeu est Lycos même, cela faisait un petit moment qu'on avait pas autant parlé du gros toutou tout noir. Un peu avant la fin de partie l'excellent Jean-Pierre Cloutier (Les Chroniques de Cybérie, c'était lui) nous avait gratifié d'un article très intéressant, datée du 2/12, et faisant le tour des pour, des contre, le tout garanti 0% d'anglicisme (où l'on apprend que stay tuned se traduit par restez syntonisés ;)

décembre 04, 2004

Du nouveau chez google groups US

Rapidement (c'est week end tout de même, et il faut que je lache mon PC pour humer l'air du dehors ;) ), des infos sur le nouveau google groups US. La technologie RSS (ou atom ou autres je n'ai pas cherché - vous ai-je dit que c'est le week end ?) permet désormais de suivre l'actualité de ses groupes favoris et la navigation entre ceux-ci a été revue et simplifiée. La création de groupe est désormais très facile (la seule condition est un compte google style GMail). La version Bêta (uniquement disponible aux Etats-Unis) est disponible ici. Bon je file, c'est week end !

Edit le 7/12 : Le blog Google présente les nouveautés

décembre 03, 2004

l'ISBN superstitieux

On savait les jours de l'IPv4 comptés. Ce n'est pas tout ! Préparez vous amis bibliothécaires, éditeurs, classificateurs-rangeurs de livres en tout genre, 2007 sera l'année du grand saut. L'info vient de zdnet et promet de joyeuses heures de bricolage : pour faire face aux limites de l'ISBN à 10 chiffres (qui épuise peu à peu toutes les combinaisons), l’Organisation internationale de normalisation (ISO) vient de valider un nouveau format à 13 chiffres. Face à cette échéance, l’Agence internationale ISBN a informé les professionnels qu’ils devront convertir leurs systèmes informatiques à temps nous prévient le journaliste. Chez nous cela remet en cause tout simplement notre projet de changement de logiciel (prévu pour 2006 environ), il va falloir patienter un peu pour trier les solutions proposées. Tout cela va vite, ces trois chiffres en plus devraient permettre un milliard de références (seulement ?) en plus. Combien de temps cela tiendra-t-il ?


décembre 02, 2004

Netscape back ?

Certes certes ces temps ci ont vu firefox truster tous les postes de vos amis geeks et relayer l'usage d'IE à la simple démonstration de mauvais goût. Cependant quelques uns d'entre vous ont dû, souvenez-vous juste après Mosaic :d, user leur clavier sur Netscape. Pour l'histoire Netscape a été racheté par AOL ce qui a permis aux débarqués de l'époque de nous réjouir un peu après avec le renard-panda (on ne sait plus trop on où en est sinon qu'aux dernières nouvelles il est toujours en feu).
Mais AOL ne perd pas espoir (ce qui, je me demande pourquoi, me rappelle la chanson de Dominique A Il ne faut pas souhaiter la mort des gens ça les fait vivre plus longtemps...) et a demandé à l'éditeur canadien Mercurial Communications de plancher sur un nouveau navigateur. Ceux ci ont commencé à travailler à partir de Firefox 0.9.3 mais ont souhaité également proposer une compatibilité avec les contrôles ActiveX d'IE. Du coup le futur bébé (désolé je n'ai pas de date, VNUnet d'où vient l'info parle de stade prototype) devrait permettre le choix du moteur par l'utilisateur (et garder la lecture des flux rss du firefox 1.0) ! Bonne idée pour régler certaines difficultés récurrentes ?...

P.S. : je rajoute Docenvrac et DSI dans le blogroll de la sidebar.

décembre 01, 2004

De l'inflation de la documentation électronique

Vu sur le site du SCD de Lille2 (merci Marie ;) ) un édito où le conservateur chargé des publications électronique annonce 460 revues ne seront plus accessibles à partir du 1er janvier…
Après le constat malheureusement partagé par tous de la hausse des coûts en matière de publications scientifiques et de la politique éhontée des éditeurs, Bruno Jupile évoque 3 portails acteurs de l'open access de manières différentes :

  • DOAJ : plus de 1300 revues en accès ouvert de manière partielle ou intégrale
  • Biomed Central : de l'open access à but lucratif
  • PloS : qui publie Biology et Medecine