:: InfoLy ::

janvier 27, 2005

Sida grande cause nationale 2005

Petite pause pour vous signaler le lancement de la campagne Sida grande cause nationale. La conférence de presse qui a eu lieu hier poursuit une logique entamée avec la proposition lancée par ELCS de choisir le sida comme grande cause nationale l'été dernier.

Le 6 décembre 2004, la plupart des grandes associations de prévention (la structure où je travaille appartient à l’une d’elles) et les représentants de la recherche se réunissaient pour créer une association dont la première émanation est le site internet http://www.sida2005.net/ (vous y trouverez les partenaires et les statuts de l’association).

Il y aurait beaucoup à dire sur les querelles entre associations, sur la guerre des ego instaurée quasiment comme système de fonctionnement dans le monde associatif, sur les manières et compromis nécessaires pour arriver ne serait-ce qu’à la création de Sida Grande Cause Nationale 2005 mais le sujet est trop grave et vous devez bien connaître cette scène magnifique qu’est l’espace des assos 1901 ;)

A quoi sert une grande cause ? Avouons le il n’y a pas d’engagement de résultats pour le gouvernement et les propos de Chirac à Davos résonnent comme un cruel écho de la politique en place : des promesses, toujours des promesses. Du coup, à part une exposition médiatique peut-être en hausse (quoique c’est mal parti : combien était-ils hier, les journalistes, à la conférence de presse de lancement ? dix au maximum…) tout dépendra de ce qu’on en fera.
Le plan d'action annoncé hier suit deux pistes :
Un premier axe de communication et de réflexion avec des actions de lobbying pour répondre à 6 missions prioritaires :

  • Solidarité Nord/Sud : aligner la contribution financière de la France sur celle de la Grande-Bretagne soit 700 millions d’euros pour les pays du sud et mobiliser les partenaires européens par la convocation d’un Conseil européen sur le sida ;
  • Lutte contre les discriminations à l’encontre des personnes touchées : interdiction de toutes formes de discrimination dans l’accès aux assurances et aux prêts ;
  • Prévention des contaminations : Intégrer des modules relatifs à la vie affective et sexuelle au « socle commun de connaissances » de la réforme Fillon ;
  • Lutte contre le sida dans les départements français d’Amérique : Mise en place d’un « plan Marshall » de lutte contre le VIH / Sida dans ces départements ;
  • Accès aux soins pour tous les étrangers vivant en France : accès à tous, sur critère résidentielle, à la CMU ;
  • Développement de la recherche : soin particulier aux spécificités des femmes (contraception et ARV, ostéoporose).
Une seconde partie sera consacrée à des actions mensuelles sous la responsabilité des membres du collectif (voir le site pour plus de détails).Un moyen de satisfaire tout le monde par une exposition partagée mais dont j’ai du mal à saisir l'efficacité.

Pour finir comment ne pas rappeler que le sida c’est le autant de victimes que le Tsunami toutes les 3 semaines. Une infection toutes les 6 secondes dans le monde. La mortalité a baissé en France grâce aux ARV mais le relâchement des attitudes de prévention s’est déjà fortement fait sentir cette année (plus 6000 cas en France et, pour la première fois, la moitié sont des femmes) et la situation dans les pays de sud est pire que jamais.

les documents qui font référence ont déjà été cité ici.

Ce billet s’écarte de la ligne initiale mais le blog me permet de noter les promesses en débuts d’année. Quand l’actualité m’en soufflera l’idée, je reparlerai de cette année spéciale pour tous les acteurs de la prévention et de la recherche. Nous ferons les comptes en fin d’année en espérant que le gouvernement s’engage à plus que des beaux discours et que les associations, pressées qu’elles sont par des subventions de plus en plus minces, arrivent à travailler ensemble dans la même direction.