:: InfoLy ::

février 28, 2005

Mise à jour Firefox

Un peu plus de trois mois après le lancement et 25 millions de téléchargements, Mozilla publie sur son site la première mise à jour pour le navigateur.
Cette mise à jour corrige la faille révélée, entre autres, par ZDNet le 8 février.

février 23, 2005

Cause commune

Philippe Aigrain est un amusant personnage, à la fois sociologue et informaticien. Il est à l'origine de Sopinspace, une société souhaitant promouvoir le débat sur Internet grace à des solutions libres. Il vient de sortir un livre, Cause commune, qui est publié chez Fayard (Transervales). Pour vous donner une idée, ou pour vous mettre l'eau à la bouche, il met à disposition son premier chapitre : une observation à la façon des Lettres Persannes de la coexistance de deux univers informationnels, en s'appuyant sur Wikipedia d'une part et le modèle économique de l'échange d'informations de l'autre. Le sous titre de l'ouvrage résume bien le tout : L'information entre bien commun et propriété. A visiter aussi, le blog de l'auteur...

février 18, 2005

Brevet logiciel

Vous pouvez consulter ici le point de vue de Michel Rocard sur le débat autour de la brevetabilité des logiciels. Le système à l'américaine est aussi mis en perspective. Ces liens ne seront effectifs que sur une courte période, avant de correspondre aux archives payantes.

février 17, 2005

Jeanneney persiste

Ce matin chez Paoli sur Inter, le directeur de la BNF a répété ses gammes en invoquant le devoir politique d’offrir une alternative à l’hégémonie guougueulio-américaine. La récente levée de réactions (voir, entre autres, les billets sur BiblioAcid ou La Feuille) a été bien salutaire, au moins sur le plan du débat d’idée. Il est vrai que le verbiage de Jeanneney est inquiétant par bien des égards (colonisation culturelle !!??) cependant l’idée de réfléchir à une alternative devant ce qui s’annonce tout de même un guichet fort trop principal à l’information mérite attention. Et que cette alternative provienne d’un projet public face à une logique d’entreprise me parait sain. Mais c’est pas tout de le dire.

Les intentions quant au travail documentaire ont été répétées, de manière que bien des gens apprécieront : ce vieux travail de fichiers. Personnellement, ça me fait rire :D.

Je n’ai pas entendu les questions des auditeurs alors je me demande encore si Hubert Guillaud a réussi à faire entendre sa voix sur les ondes ;)

edit 13h45 : le livre hebdo du 11 février propose à son tour ses quatre pages sur l'initiative de Google

février 16, 2005

Travail collaboratif en environnement électronique

Via km-fr, le site AkaSig résume une étude du CEFRIO portant sur les facteurs de succès du travail collaboratif. Il montre les facteurs de succès en fonction de l'avancée du projet.
Si, au début de l'expérience collaborative, le soutien de l'entreprise, l'environnement structurel et les sujets choisis sont importants, ce sont surtout le rôle de l'animateur et la reconnaissance par tous du travail effectué en commun qui assurent la réussite d'un tel projet sur la durée. La perception de telles techniques est aussi présentée, ainsi que le mode de fonctionnement généralement choisi et les meilleurs objets de collaboration.
L'étude du CEFRIO se répartit sur quatre différents thèmes :

  • Apprentissage dans les communautés de pratique virtuelles ;
  • Dimension organisationnelle ;
  • Gestion du changement - dimension individuelle ;
  • Aspects technologiques

février 14, 2005

Du plaisir des notices

Les chemins sinueux des projets pachydermiques m’ont écarté il y a peu des journées d’avant, et mon métier semblait s’être transformé, préférant à l’odeur du papier les rayonnements de l’écran et le bruit du clavier à celui du feuilletage. Etonnant tout de même. La plupart du temps on arrive à la documentation en se préparant aussi aux bibliothèques. Le goût du livre a guidé, au moins au début, nos pas. Et puis le temps passe et on se retrouve à coder, à surfer, à noircir des pages openoffice.
Alors j’ouvre le dossier des notices en retard. Je retrouve mes titres. On s’y attache à ses titres. J’ai même l’impression de retrouver certains amis. On s’arrête sur un article au chapeau accrocheur ou à la signature bien connue par son ton percutant. On synthétise, on décrit, on range. Joli paradoxe pour un esprit comme le mien, bien souvent partagé dans cette profession, cette volonté d’étiquetage qui côtoie un goût immodéré pour l’original, le différent, l’inclassable.
Il y a 3 ans je ne pensais pas m’intéresser à la réduction des risques, à la politique familiale, ni même au VIH mais à force de les lire, les acteurs de la prévention, on se prend à partager les opinions, à construire une pensée qu’il nous plait d’entretenir. Ainsi je garde de mon passage en BM un goût certain pour livres hebdo – qui, avouons-le, ressemble à un cosmopolitain pour bouquins dans le sens où il y a plus de pub que de contenu – et les agitations du monde de la lecture publique, puis d’une autre expérience une sensibilité aiguë aux choses du conte et de la tradition populaire. C’est une autre chance de ce métier.
Une journée à faire des notices, ça fait du bien.

février 11, 2005

Copinage 1

A l'instar de Charlie j'ai plein d'amis talentueux... Suite à un mail, je vous propose quelques travaux de Chili Le Chat, documentaliste en premier lieu mais aussi infographiste ou webdesigner. Ces dessins ne sont pas sous la licence CC qui régit ce site : veuillez contacter Chili pour voir comment les utiliser.








février 10, 2005

LiveCD / LiveUSB

Je reviens sur un papier paru le 1er février sur Framasoft (bravo à vous, continuez, on vous aime, merci ;) abordant la question des live CD. L’heure est plus, à mon sens, aux distributions type « live USB » (Flonix, MandrakeMove) mais les avantages de ce produit sont les mêmes.
L’article énonce les avantages :

  • Solution de dépannage : Le LiveCD permet de booter sur un autre système puis de récupérer les données, partitionner, ou nettoyer un ordi infecté… quiconque a essayé ces joujous se rend compte de la fragilité d’un réseau sous windows. A partir d’une simple clé, ou d’un CD, l’ensemble des données non sécurisées sont accessibles par le premier venu. Toute l’arborescence du réseau est détecté par la distrib Linux et c’est un jeu d’enfant de lire, récupérer ou modifier des informations.
  • Mobilité : C’est tout son système d’exploitation qu’on trimballe dans sa poche, et donc les softs auxquels nous sommes habitués… Quand on change fréquemment d’ordi, c’est la solution idéale. Les formateurs se régalent d’un tel outil, où qu’ils soient ils ont l’ensemble de leurs outils ! Je conseille à tout le monde d’essayer ces merveilleux systèmes pour mesurer l’utilité de telles pratiques.
Certes la profusion des distributions rend le choix difficile mais ma grand-mère le dit souvent, abondance de biens ne nuit pas.

février 09, 2005

Skype passe sur Linux

Quand on retracera l'histoire de la VoIP, Skype sera bien celui par qui le phénomène s'est répandu. Avec ses faux airs de msn, Skype est une vraie révolution : la gratuité (hors abonnement internet) des transferts de données vocales bouleverse un marché flamboyant. Bon d'accord, pas déjà. Mais va le bouleverser, c'est sûr !
La preuve ultime n'est pas loin : vous savez combien Google monopolise les zincs blogaux (mais si les passes d'armes entre Hubert Guillaud, Jeannenay -archive payante sur le monde - ou Lucien X Polastron - faites vite - relayés par tout le petit monde), et bien je vous le donne en mille : Ils comptent s'y mettre (c'est le Times qui en avait parlé en premier il y a un bail et VNU a relayé l'info).
Bon je voulais, au début, juste signaler que Skype est enfin accessible pour les utilisateurs de Mac ou autres pingouins, mais pas de papier sans citer Google, ah non, ça jamais... ;)

février 08, 2005

PMB

Vendredi dernier, Eric Robert de PMB est venu présenter le SIGB dans mon asso. Très commercialle, l'équipe a répondu très vite à notre sollicitation (1mail, un coup de fil, un rendez-vous. efficace).
Après une (un peu longue) liste des références, nous avons survolé l'ensemble des fonctions. L'ensemble parait s'administrer assez facilement. L'indexation peut gérer plusieurs thésauri, ce qui est indispensable pour nous. Les listes d'autorité sont facilement accessibles et gérables. La gestion des périodiques est un peu succincte et il manque un module de gestion des commandes que PMB propose de coder selon le principe du libre. En somme les clients financent le dévellopement d'un logiciel libre. On sent bien le principe de réalité derrière tout ça et une petite discussion s'est engagée vers la fin autour de l'historique de PMB, des divergences entre François Lemarchand et Eric Robert autour du virage entreprenarial pris par le groupe. Mais je m'égare.
Un des points fort est la gestion des paniers et l'OPAC. On peut lors d'expo ou d'évènement créer des paniers de document qu'on fera apparaitre ou non sur l'OPAC (PMB appelle ça des étagères virtuelles). La navigation dans la base via l'OPAC est absolument géniale, totalement paramétrable (accès par location spatiale ou sémantique, même la marguerite des savoirs ;) )
La démonstration des requêtes et imports sur un serveur Z39.5 vaut aussi le détour. C'était la première fois que je pratiquais ceci concrètement et les perspectives d'une appli aussi fluide laissent rêveur pour des groupes comme le notre travaillant en réseau.
Pas encore de fil rss dans l'OPAC mais ils y pensent. Il faudra un client pour financer cette partie aussi. On aperçoit quand même des limites à ce système de service pour assurer le dévellopement de grosses applications libres mais d'un autre côté les services proposés (formation, dvpt, maintenance) imposent un modèle économique.
On continue nos travaux sur le SIGB idéal. Je vous tiens au courant.

février 07, 2005

CMS

Je bats ma coulpe. Une semaine sans presque rien poster. Je savais que c’était de la folie douce ce rythme régulier pour ma chaotique personne. Je l’entends, ma conscience, se moquer et rire de ces inconstances, mais je reviens parler de ces jours passés, riche en enseignements.
Blogger c’est bien mais les démons du bidouillage sont réapparus et j’ai installé quelques CMS pour voir ce qui se faisait en ce moment (et aussi parce que club-internet viens enfin, après 6 mois de promesses, d’offrir à ses clients une base SQL et un serveur comprenant le php…).
Je ne vais pas m’étendre sur DOTCLEAR, soft orienté blogging, mais cette solution est sympa pour des personnes ne connaissant et ne voulant rien connaître en informatique. Super facile à installer (ce qui est désormais commun à presque tous les CMS) on s’amuse vite et bien avec ce soft.
Le choc c’est Text Pattern. Un CMS qui sépare très bien contenant et contenu et propose une liberté totale. Mais la communauté francophone se limite à david mollière et quelques autres et le langage propre (arrrrrgh ces balises txp : ) au logiciel est repoussant. Maintenant je n’ai pas lu la doc alors je ne peux pas trop me plaindre de n’avoir pas tout compris. J’y retournerai c’est sûr (d’autant que cela me fera une excuse en or devant ma conscience pour ne pas poster pendant une semaine ;) ).
J’ai aussi réinstaller xoops qui confirme son statut de solution la plus performante et profite de la réorganisation de sa communauté très active, mais ne se prête que peu, vu son appétit, à des solutions d’hébergement gratuites. J’aurais aimé vous parler de Lodel – qui propulse revues.org ou figoblog par exemple mais l’install ne passe pas chez moi. Tristesse. L’originalité de Lodel c’est l’utilisation de serveurs pour intégrer des fichiers open office à la volée. A suivre.
Enfin mon choix s’est porté sur Mambo, à la réputation flatteuse mais que je n’avais jamais testé. Simple mais puissant, un peu moins gourmand en ressources que xoops et donc plus rapide, il se prend parfaitement en main. A base de composants, de modules et de robots permettant certaines tâches, le site s’organise de manière très classique sur trois niveaux : Section, Categories et Articles. La communauté est très grande et facilement abordable. Un site d’initiation est disponible et cette « formation en ligne » est unique à ma connaissance dans le monde des CMS. Idée à reprendre par tous (parole de dilletante). si quelqu’un proposait la même chose pour Text Pattern, il mériterait une statut.

A part ça, vendredi dernier, eric robert est venu présenter pmb dans mon association. Instructif . Je vous en parle demain.



février 01, 2005

Ressi

Serait-ce la semaine des revues électroniques ? Toujours est il que l'Atelier m'apprend la naissance de RESSI, une revue en libre accès suisse autour des sciences de l'information. Exclusivement numérique, la revue propose des textes théoriques et pratiques à destination des bibliothécaires, documentalistes et archivistes mais aussi des chercheurs, enseignants et étudiants. Le premier numéro offre la majorité de ces articles en français, quelques uns en allemand.
Au sommaire du n°1, 01/2005, on trouve trois compte-rendu de colloque (KM, cycle de vie du document et un article en allemand - Internationales Symposium für Informationswissenschaft (ISI) an der HTW Chur : Symposium international pour la science d'information (ISI) à l'HTW Chur, d'après Reverso ;) ). A noter que c'est J-M. Accart qui aborde le KM, oui le fameux auteur du métier de documentaliste au cercle de la librairie qu'un collègue a acheté hier. Devant de tels signes du destin, je m'incline.
Pour finir sur l'accès libre à l'IST, je vous signale l'existence du blog de l'INIST : openaccess